dimanche, octobre 18, 2009

Le coing : une bonne pate



Dans mon jardin de Marguerite, les fruits d’or ne sont pas des oranges mais des mirabelles et des coings. Les mirabelles ont attendu cette année sagement notre retour de vacances pour tomber de l’arbre ; recroquevillées par la sécheresse elles se sont ensuite gonflées d’une toute petite pluie et lachèrent prise. Ce fut délicieux.

La récolte des coings est moins contraignante que celles des groseilles ou des mirabelles qui viennent toujours au mauvais moment. Les coings sont patients, ils fleurissent joliment au printemps puis grossissent tout l’été et au début de l’automne se gorgent doucement de couleur, de saveur et de senteur. Je vois le petit arbre trapu se couvrir de jaune dans la haie du jardin depuis la porte-fenêtre de la cuisine. Le jardinier aussi doit être patient et attendre que le fruit soit parfaitement à point.

Aujourd’hui, si le temps le permet, je vais recueillir dans ma paume un à un chaque coing qui, à peine l’aurai je touché et tourné, y tombera. La récolte sera belle. Je ferai du vin de coing et plusieurs bassines de pâte qui me durera longtemps et que je pourrai distribuer. Comme je ne raffole pas de la gelée, et comme nul que je connais non plus, je vais laisser le jus ainsi que je l’ai fait l’année passée ; il me faudra simplement tourner la spatule encore plus longtemps avant que la pâte ne se décolle de la paroi du récipient avec un chuintement caractéristique ; mais elle n’en sera que plus parfumée.



33 commentaires:

  1. Coucou j'ai aussi cela chez moi mais prochainement sur mon blog j'aime tes photos

    RépondreSupprimer
  2. hum j'ai jamais gouté le coing mais je testerais bien la gelée ou la pate... bon dimanche

    RépondreSupprimer
  3. Ce sont vraiment des fruits d'or que tu nous montres ...
    Dans ton texte , les mots sont mûris et cueillis avec soin pour exalter patience et gourmandise.

    RépondreSupprimer
  4. Ils sont joliment duveteux et parfumés ! Si, si...je hume !!!
    J'imagine ta cueillette soigneuse et la patiente cuisson de ce jus doré. Moi je suis une grande paresseuse, j'en ai fait de la compote, mélangée à des fruits secs, abricots, amandes, pruneaux, cannelle aussi. C'est pas mauvais :-) mais ta pâte de fruits me fait drôlement envie !
    Bisous sucrés !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai bien envie de reconvertir une partie de ma compote en tagine d'agneau ! :-)
    Et puis ce dessert somptueux !!!
    Mes prochains invités auront droit à ton menu, c'est tout vu !

    J'ai trouvé la recette de la confiture de Noël, de Christine Ferber, ça ressemble au Bärewecke (?) ce gâteau qui est presque une pâte de fruits et qu'on mange surtout à Noël en Alsace. C'est un délice !


    Cette recette est tirée de l'ouvrage Mes confitures, de Christine Ferber, paru chez Payot en 2002 pour la dernière édition (éditions Payot & Rivages).



    1,700 kg de coings-pommes ou de coings-poires
    1,700 kg d'eau (170 cl)
    1 kg de sucre cristallisé
    200 g de poires séchées, émincées finement
    200 g de figues séchées
    100 g de dattes
    100 g de pruneaux séchés
    200 g d'abricots secs
    100 g de raisins secs de Smyrne
    50 g d'écorce de citron coupée en cubes
    50 g d'écorce d'orange coupée en cubes
    50 g d'angélique confite
    2 pointes de couteau de zeste finement râpé d'une orange non traitée et 1 jus d'orange
    2 pointes de couteau de zeste finement râpé d'un citron non traité et 1 jus de citron
    150 g de cerneaux de noix brisés
    150 g d'amandes émondées et hachées
    Une pointe de couteau de cannelle moulue
    Une pointe de couteau de cardamome moulue
    Une pointe de couteau de badiane moulue
    5 g d'anis
    Préparation

    1- Essuyez les coings avec un linge pour retirer le fin duvet qui les recouvre. Rincez-les à l'eau fraîche, enlevez la queue, ce qui reste de la fleur, et coupez-les en 4. Mettez ces quartiers dans la bassine à confiture et couvrez-les de l'eau préparée. Portez à ébullition et laissez-les mijoter à feu doux pendant 1 heure en remuant de temps en temps. versez la cuisson dans un chinois fin pour recueillir le jus des coings (1,300 kg). faites tremper les poires émincées et séchées dans ce jus pendant une nuit.
    2- Coupez les figues, les pruneaux et les abricots en bâtonnets de 0,5 cm d'épaisseur. Fendez les dattes et ôtez les noyaux. Coupez finement l'angélique.
    3- Versez les poires trempées dans une bassine à confiture avec le sucre, les figues, les dattes, les pruneaux, les abricots, les raisins secs, les écorces de citron et d'orange, l'angélique, les zestes et les jus d'orange et de citron, ainsi que les épices. Portez à ébullition en remuant continuellement. Ecumez. Maintenez la cuisson à feu vif pendant 5 à 10 mn en remuant toujours. Ecumez encore s'il y a lieu. Ajoutez les noix et les amandes. Donnez un dernier bouillon de 5 mn. Vérifiez la nappe. Mettez aussitôt votre confiture en pots et couvrez.

    RépondreSupprimer
  6. Moi non plus la gelée un petit peu mais on fait ce que nus désirons non!

    RépondreSupprimer
  7. Je trouve que les coings se font rares dans nos jardins, génial tes recettes, ça sent bon d'ici !

    RépondreSupprimer
  8. chui allée voir "super toinette", elle dit que le christolle se conserve un mois dans une boite métallique. Nous recevons tous les ans un christollen par voie postale d'un couple de la région de Dresde qui nous recommande vivement de le manger le 24 au soir, selon la coutume. Nous n'avons jamais osé leur dire qu'il était mangé dans la semaine :-)

    RépondreSupprimer
  9. rien qu'a voir les fruits ça donne déjà envie !

    RépondreSupprimer
  10. Mais oui j'aime j'adore je ne pense qu'a cela

    RépondreSupprimer
  11. Such a wonderful photo full of light. Les coings - bon, c'est beaucoup de travail de faire quelquechose avec eux, n'est-ce pas?

    RépondreSupprimer
  12. waw de très belle photo j'adore bravo
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  13. je te donnerais pas de recette ;o) mais j'adore la gelee de coing....Hummm0..ma grand mere paternelle en faisait de tres bonne.

    RépondreSupprimer
  14. These pears are so perfect I wish they were real. A golden yellow reaching its zenith.

    RépondreSupprimer
  15. Kikou flo passera te voir apres les cours merci pour lui. Comment vas tu ?

    RépondreSupprimer
  16. AVec un si belle photo on doit pouvoir faire qyuelque chose de bon à manger - ou à boire.

    RépondreSupprimer
  17. J'ignorais que le jardin des Hespérides se trouvait à "Cergy".
    Tu as donc du supporter le monde sur tes épaules pendant qu'Altlas faisais la cueillette ?
    J'adore les pâtes de fruit...
    Bonne journée A +

    RépondreSupprimer
  18. On savoure le texte de la même façon que l'on aimerai savourer les fruits.
    La recette d'écureuil de Fifi ne fait qu'ajouter au tableau... les desserts d'hiver sont sur l'étagère et les amis bienvenus.

    RépondreSupprimer
  19. Que puis-je ajouter de plus, sinon que je suis toujours émerveillée devant de si beaux clichés.

    RépondreSupprimer
  20. Le proverbe dit : "C'est quand il gèle que l'on cueille les coings"...

    C'est vrai que tu as des coings qui ne sont pas petits !

    RépondreSupprimer
  21. je n'ai jamais vraiment goûté les coings non plus...mais ta façon d'en parler en donne l'eau à la bouche!!

    RépondreSupprimer
  22. Coig ! Coing !
    Je ne suis pas fan de coing. Les tiens semblent beaux. Mes parents avait un arbre à coings et maman faisait de la gelée. C'est très dur à épelucher un coing. Le cognassier à vécu et a été remplacer par un tamaris, c'est moins compliqué!!!
    Pourquoi dit-on "bourré comme un coing".

    RépondreSupprimer
  23. je suis preneur de ta recette de vin de coing et ta pâte

    RépondreSupprimer
  24. Pour la pâte de coing : je coupe les coings en laissant la peau et enlevant le trognon ; je fais ramollir en laissant les pépins cuire en compote avec dans un nouet et un peu d'eau, parce que je ne récupère pas le jus pour la gelée.
    Ensuite je passe au chinois (quel boulot !), j'ajoute même poids de sucre, je fais cuire dans une bassine en cuivre en tournant régulièrement > la pâte se décolle des parois (on s'endort).

    Pour le vin de coing c'est kif kif le vin de noix sauf j'utilise 5 gros coings.
    5 litres de vin blanc (gros plan)
    1 l alcool de fruit
    800 gr sucre
    Laver coings, couper en 4 faire macérer avec vin alcool et sucre pendant 40 jours puis mettre en bouteilles. Servir frais.

    Merci à tous de votre visite
    :)

    RépondreSupprimer
  25. merci pour les recettes j'avais fait comme toi mais ma pâte reste gluante pourtant elle se détachait bien j'ai pas du dormir assez

    POur le vin je me garde la recette pour l'année prochaine

    RépondreSupprimer
  26. L'envie de traverser l'écran pour les voir de plus près est grande.
    Superbe photo.

    RépondreSupprimer
  27. Bonjour tu vois je viens de penser à toi car je suis en train de faire de la pâte de coing et oui . Tu vas bien car je ne te vois plus beaucoup. je reviens des courses et trop de monde donc repos. A++

    RépondreSupprimer
  28. Bonjour tu vois je viens de penser à toi car je suis en train de faire de la pâte de coing et oui . Tu vas bien car je ne te vois plus beaucoup. je reviens des courses et trop de monde donc repos. A++

    RépondreSupprimer
  29. Je trouve ca très bon les coings !

    RépondreSupprimer
  30. Je viens de faire de la pâte de coings et de la gelée que j'ai dû recuire car trop liquide.
    J'avais pris la recette sur internet mais pas assez précise, ce qui fait que j'ai mis trop d'eau
    J'adore les coings

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer