dimanche, mai 25, 2008

San Francisco : les maisons et les jardins adossés à la colline

Le 28.04.08 à 13H30

"C'est une maison bleue
Adossée à la colline
On y vient à pied, on ne frappe pas
Ceux qui vivent là, ont jeté la clé
On se retrouve ensemble
Après des années de route
Et l'on vient s'asseoir autour du repas
Tout le monde est là, à cinq heures du soir
San Francisco s'embrume
San Francisco s'allume
San Francisco, où êtes vous
Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi..."


Maxime Le Forestier (1971)

Le 28.04.08 à 13H20

Nous avons cherché les jardins privés en dessous de la Coit Tower, c’est la maison bleue, uniquement desservie par le Greenwitch Stairway, que nous avons trouvée.
Il faut resituer la chanson de Maxime Le Forestier dans l’époque. 1971.
En 1974, Patrick partageait un appartement avec des condisciples à Nancy, la porte n’en était jamais fermée à clef, ni jour ni nuit.
Le matin, nous ne savions pas qui nous trouverions autour de la table du petit déjeuner.




Thank you, Dorothée, for the link to this Maxime Le Forestier's song (1971)

-San Francisco-

25 commentaires:

  1. C'est joli, toute cette verdure. Cela fait sauvage. La maison bleue, elle est pas mal. Dans les "Chroniques de San Francisco" d'Armisted Maupin, la maison "commune" est à Barbary Lane, mais je ne sais vraiment pas où cela se trouve.

    RépondreSupprimer
  2. c'est marrant, chez mon frere (quand il etait jeune) c'etait toujours ouvert.
    Voila pourquoi je prefere NYC a SF, CA NE MONTE PAS A NYC ;o)).

    RépondreSupprimer
  3. J'ai toujours vécu dans des maisons qu'on ne fermait guère. Tahiti, Australie, ou sur la péniche à Avignon, on fermait vaguement la porte la nuit mais jamais le jour. Même quand on sortait, la porte de derrière restait ouverte. Et c'est encore le cas aujourd'hui. Notre appartement est au 4ème et dernier étage, sans vis à vis et sans ascenseur. Avant que les gens ne montent jusque chez nous...
    C'est toujours ouvert.

    RépondreSupprimer
  4. Ta photo d'alstromères est absolument magique. La transparence, la lumière...

    RépondreSupprimer
  5. J'aime énormément tes photos de californie, c'est bien ton regard que je retrouve, mais dans un contexte différent !

    RépondreSupprimer
  6. les chansons de leforestier (et surtout de graeme allwright) me font toujours penser au longue soirée sur les plages

    RépondreSupprimer
  7. J'aime ta photo car j'aime bien les maison de San francisco dans ces rues en pente et avec un petit jardin c'est encore plus joli !

    RépondreSupprimer
  8. SF, avec NY, une ville à vraiment aimer, malgré les pentes (à l’attention d’Olivier)!

    RépondreSupprimer
  9. Il y a encore des endroits où on ne ferme pas à clé, il m'arrive d'oublier de le faire, mais je ne suis pas tranquille si je me le rappelle une fois partie.
    Est-ce qu'on t'a déjà dit que tes photos étaient belles?

    RépondreSupprimer
  10. c'est une très belle photo. j'ai beaucoup aimé SF ça c'est sûr qu'essoufflé s'abstenir!

    RépondreSupprimer
  11. Beaucoup de souvenirs à propos de cette chanson...
    L'après 68...
    Finalement, ce quartier semble très intimiste...
    miss Yves

    RépondreSupprimer
  12. Adossee a la colline... on se met a fredonner en bonne compagnie.

    J'ai toujours eu du mal avec cette teinte de bleu que l'on retrouve absolument partout.

    Jusqu'au jour ou, petite, j'ai fait la rencontre d'un gentil clodo endormi dans un des couloirs de notre immense maison!

    RépondreSupprimer
  13. J’étais persuadé avoir laissé un petit coucou !!!! ?????

    RépondreSupprimer
  14. Je reviens, retrouver le lieu d’une belle chanson… un certain charme !!!
    « Peuplée de lumière, et peuplée de fous
    Elle sera dernière à rester debout
    Si San Francisco s'effondre »
    Bisous bonne journée.

    RépondreSupprimer
  15. C'est vrai que l'on a envie de chantonner en regardant tes photos!!

    Quand je suis arrivee a Larchmont,mes voisinnes ne fermaient jamais leurs portes .
    Les enfants etaient jeunes a l'epoque et passaient d'une maison a l'autre, et d'un jardin a l'autre puisqu'il n'y a pas de barriere..
    j'etais un peu etonnée au debut puis je m'y suis mise moi aussi!!

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour cergie. Je ferme toujours la porte de mon appartement à clé. Il est situé au rez-de-chaussée et il y a déjà eu des vols dans la maison. c'est ainsi. Il faut s'y faire.
    Une autre philosophie émane de la chanson, de ton commentaire et de la photo. Un peu de liberté, celle qu'on oublie de s'accorder, de plus en plus maintenant. On devrait déjà laisser ouvertes les portes de notre coeur. C'est déjà pas mal je trouve. La porte de l'appartement, c'est une chose. On peut dire à ses amis qu'elle est toujours ouverte pour eux, ils le savent et puis voilà, ils viennent sonner, ils envoient un texto et on fait les choses comme elles viennent. Un contexte un peu différent aujourd'hui, c'est l'évolution. Je ne sais pas si c'était mieux avant, mais aujourd'hui c'est comme cela. Et il faut vivre avec son temps. Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  17. Rien à dire, ton commentaire, c'est exactement ce que la photo évoquait pour moi...

    RépondreSupprimer
  18. Humph, ajoute-t-il, essuyant au coin de l'œil une larme de nostalgie...

    RépondreSupprimer
  19. A tous, merci d’être passés et d’avoir partagé vos sentiments et réflexions.

    Alain, tu me donnes envie de lire ces chroniques de San Francisco. Il me faudra en sortir le premier épisode de la bibliothèque.

    Olivier, je t’assure que tu aimerais San Francisco. Ecoute Peter, il y a été lui aussi. Et Claude. Et Marguerite-Marie.
    Il y a des rues en pente, mais pas que ça, il y a aussi plein de musées et de statues. Et Alcatraz où a été emprisonné Al Capone.
    Je suis allée voir un concert de Le Forestier à la foire expo de Nancy, j’ai cru que j’allais mourir dans la foule avant le spectacle : impossible de la faire bouger. Terrifiant.

    Nathalie, Delphinium, merci de votre témoignage, il montre que fermer ou non les portes à clef dépend des circonstances et des situations.
    Et c'est vrai que l'ouverture doit être celle du coeur.

    Claude, je suis contente que mes photos te rappellent des souvenirs bons et précis.

    Peter, je ne suis pas trop tentée par NY pour le moment. Maintenant j’aimerais aller en Irlande.

    Hpy, tu peux me le dire et me le redire que tu aimes mes photos, je ne m’en lasse pas. Je suis sensible à tous vos avis. Il m’arrive parfois aussi d’oublier de fermer la maison en partant en vacances. Les portes arrière de jardin sont redoutables. En général, je ne m’en aperçois heureusement qu’en rentrant, cela ne nous gâche pas nos vacances.

    Marguerite-Marie, je suis sûre que tu y retourneras avec plaisir avant d’être trop essoufflée.
    ;o)

    Miss-Yves, difficile de rendre l’ambiance de toute cette ruelle et des échappées visuelles. Il y a des coins aménagés dans les jardins avec des bancs permettant à tout passant de s’asseoir et de jouir des jardins qui étaient vraiment magnifiques < micro climat et exposition extraordinaires (idem un vignoble)

    Thérèse, c’est Boucle d’Or qui était endormie dans le lit de Bébé Ours, non ?

    Daniel San Francisco est sur une faille. Il faut pas trop y penser pour vivre là bas.

    Marie-Noyale, ce que tu racontes me rappelle mon premier travail dan une agence où l’appart de l’un des archi était au dessus de l’agence, et là nous avions les commodités. Lorsque tu étais au toilette, les enfants entraient se faire couler un bain et tous les enfants de l’immeuble s’y glissaient.

    Maxime, "Chacun sa route Chacun son chemin Chacun son rêve Chacun son destin"...
    Maxime Le Forestier a cédé la place à Tonton David, c’est la vie qui va avec l’époque sans doute.

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour Lucie,
    Un grand merci à toi Lucie pour me faire revivre de bons moments passés à San Francisco. Je souviens avoir grimpé ces beaux chemins de verdure bordés d’eucalyptus dégageant des parfums de Provence.
    Bravo aussi pour ta superbe photo qui se marie tellement bien avec les paroles de la chanson de Maxime Leforestier que je n'ai pu m’empêcher de m’offrir ce plaisir d’aller écouter sur Youtube :
    Maxime Leforestier, une maison bleue
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
  21. Oups! j'avais pourtant corrigé mon texte!!! Je reprends donc pour les anglophones qui nous lisent et risquent de ne pas comprendre!:
    .... la chanson de Maxime Leforestier que je n'ai pu m’empêcher d’aller écouter sur Youtube.
    Sorry.

    RépondreSupprimer
  22. Oh oui, comme cela sentait bon du coté de la Coit Tower !
    Le plus surprent est le mélange des espèces : toutes ces roses luxuriantes, des palntes de terre de bruyère et en même temps des plantes grasses.
    Merci Dorothée, je ne savais comment m'en sortir avec le message pour nos amis anglophone, ce lien sera un bon début.
    Et j'ai adoré le voir et sur la vidéo, il y a même le cable car n°1 que j'ai publié sur Cergipontin...
    Nous avons assisté bien sûr à ce retournement à la force musculaire. J'ai des photos, mais bon, je ne veux pas en mettre trop.

    RépondreSupprimer
  23. Eh oui il y a qulques annees je la fredonnais cette chanson, maintenant je peux mettre une image dessus. Je n'y avais pas pense en allant a San Francisco...

    RépondreSupprimer
  24. Magali, je n'y avais pas pensé non plus, c'est Grégory qui me l'a rappelé avec son commentaire sur mon message de retour de Californie

    Grégory, c'est moi qui te remercie.

    RépondreSupprimer