vendredi, juin 17, 2016

Jardin du monde - World Garden



Le Niwaki, ou bonsaï de jardin japonais, est très, très à la mode. Il ne me serait jamais venu à l'idée d'en mettre un dans notre jardin, mais "à cheval donné on ne regarde pas les dents". Il nous a été livré entre l’Ascension et la Pentecôte. Depuis, il nous a bien tourmentés car nous ne savions comment le faire passer à l'arrière du jardin : son poids est estimé à 300 kg, son pot mesure 80 cm de diamètre... La solution est venue des nuits qui portent conseil. Notre arboriculteur d'Osny nous a prêté pour deux heures un trans-palette... L'arbre, qui était resté trois semaines devant la maison, est passé via notre garage traversant à l'arrière sur notre terrasse. Nous l'installerons en pleine terre à l'automne prochain...

A jeter un oeil sur ces deux photos de la terrasse, on imagine bien comme notre jardin n'a rien d'un jardin zen. Le laurier-rose nous donne du mal à remiser l'hiver. A l'origine c'était un plant bouturé offert tout petit et qui vient des Deux-Sèvres. Il ne poussera pas au point d'atteindre la taille des lauriers des oasis marocaines. Le mini palmier est un cadeau de Claude, arrivé sous son bras via le TGV. Je ne pense pas qu'il puisse un jour me donner des bébés, quoique ce soit une variété rustique, sans doute un palmier chanvre (Trachycarpus) originaire de Chine.



Nous avons pas mal de pivoines herbacées différentes. Des blanches, des roses, des rouges, des précoces, des simples des doubles. Toutes ont été prélevées dans le jardin de ma grand-mère dans les Vosges. Il me semble en avoir vu naturalisées dans l'Atlas au Maroc, et en effet j'ai trouvé ce lien en faisant des recherches. Elles peuvent aussi être originaires de Chine.



'Honorine de Brabant' est un rosier Bourbon, l'île Bourbon étant l'ancien nom de l'île de la Réunion, c'est une rose ancienne du 19ème. Elle sent délicieusement bon, comme la rose 'Sonia Rykiel' (obtenue par le rosiériste Guillot). L'une comme l'autre sont remontantes... Honorine de Brabant est particulièrement somptueuse, elle forme un buisson de 2m50 de diamètre et 2m de haut au point nodal de notre jardin.



'Lucy Bertram' est d'obtention anglaise (1895), elle ne sent pas grand chose, ne remonte pas mais elle a un beau feuillage et une simplicité qui séduit les pollinisateurs tels que les syrphes...



"Petites chroniques de rien du tout", le blog de Mine Derrien, est un véritable cabinet de curiosités. Dans son dernier message titré "La plante à la con", elle présente la vipérine de Madère qui m'a fait tout d'abord penser au surprenant géranium de Madère que j'ai croisé dans un parc à San Francisco et montré ICI. Et puis je me suis souvenu d'un massif photographié à l'université de Berkeley (Californie) dont j'ai retrouvé la photo que j'ai prise et que je montre ci-dessus. Il semble bien que ce soit Echium fastuosum (Vipérine de Madère), j'ai trouvé ce Lien qui le confirme (photo du haut). Vu sa taille, je me verrais mal la protéger l'hiver...

17 commentaires:

  1. Coucou Lucie.
    Jardin, jardinons...
    "Niwaki" Nous avons chez nous bien que non taillé un pin qui pourrait être considéré de la sorte, nous l'avons rapporté du "Pic de Chabrières" début des années 1980 il mesurait alors 20 à 30 cm si je le mesure actuellement il doit tout juste mesurer 2,5 M (il a survécu une vingtaine d’années dans un pot)!
    Bisous, A + ☼ ☼ ☼

    RépondreSupprimer
  2. Je reviens...
    Embigu ta première photo, tu as sans doute vue la pub qui exploite ce type de point de vue... MDR
    Un instant j'ai confondu tes pivoines avec des roses...

    RépondreSupprimer
  3. Il est déjà beau ton Niwaki. Ton palmier est un
    Chamaerops excelsa - Palmier de Chine. Quand il est déjà bien avancé, il peut résister en terre jusqu' -18°. Le changes-tu de pot pour qu'il profite ?
    Tes roses sont belles. Nous avons refait un parterre de rosiers avec des Lili Marleen. Elle ne ressemblent pas du tout à celles que j'ai déjà, ce sont de tout petiets roses un peu comme ta dernière et je suis furieuse. La jardinerie Leclerc ne pouvait m'en fournir, on les a commandé à Point Vert, sur les 13 il y en avait un à moitié malade qu'on n'a pas planté. Je vais essayé de faire des boutures d'après les miennes pour boucher les trous car je n'ai pas l'impression que cela donne donne de gros pieds.

    RépondreSupprimer
  4. Pour ta question sur l'image, en fait l'assemblage de deux images prises après les marches...
    Pour la pub, elle date un peu c'est un mec qui bat une omelette, le thème j’ignore je coupe toujours le son...

    RépondreSupprimer
  5. Belle documentation pour illustrer les belles variétés de ton jardin.

    RépondreSupprimer
  6. Il est super grand ton Niwaki .... et resistera aux hivers ????
    Joli aperçu de ton jardin
    Bizzz, bel après-midi

    RépondreSupprimer
  7. Le chemin qui longe la jardinerie est agrémenté de Lucy Bertram, j'ignorais le nom de ces fleurs.
    Tu as sqbs doute lu le roman d'A Christie,
    A l'hôtel Bertram? un de ceux dont la résolution de l'énigme triche vraiment avec le lecteur, moins cependant que le cèlêbre meurtre de Roger Ackroyd

    RépondreSupprimer
  8. j'imagine Claude, le mini palmier sous lebras

    RépondreSupprimer
  9. Coucou,
    WOW!! Que ton Niwaki est superbe, j'aime beaucoup et j'adore également la belle variété de fleurs de ton jardin, c'est si romantique..

    Gros bisous

    Manon

    RépondreSupprimer
  10. Passionnant ! cet article, Lucie.
    J'adore l'air perplexe du jardinier :-)
    Grâce à Wikipédia, j'ai découvert avec intérêt ce qu'est un Niwaki : tout simplement.. un arbre de jardin ! Niwa signifiant « jardin » et ki « arbre » :-))
    Par ailleurs, en creusant un peu, j'ai appris que le niwaki est un arbre de jardin taillé à la japonaise, soit en "karikomi" (buisson compact), en "kokarikomi" (gros buisson) ou en "okarikomi" (petit buisson) selon les cas. Les autres formes de taille étant "en nuages" (ou "en plateaux") comme le vôtre, il me semble.
    En regardant de près votre niwaki, il me fait penser au Cunninghamia que j'ai photographié en avril dernier à l'arboretum de Chèvreloup, mais si c'en était un, ce serait vraiment une énooorme coïncidence !...

    RépondreSupprimer
  11. « notre jardin n'a rien d'un jardin zen » dis-tu...
    Sans doute ! mais, toutes proportions gardées, il pourrait ressembler au jardin Albert Khan qui comporte, entre autres, un jardin anglais et un jardin japonais (ainsi qu'une forêt vosgienne ;-))

    Coup de cœur pour ta Lucy Bertram, qui cette fois-ci m'a guidée vers "Guy Mannering ou l'astrologue" un roman de Walter Scott dont j'ignorais tout et que j'ai bien envie de lire, alors qu'en 2012 je n'avais pas retenu le nom de la rose, seulement son allure de belle fleur toute simple rappelant la célèbre rose de Provins.

    Bises et bon dimanche, Lucie

    RépondreSupprimer
  12. J'adore ton jardin, qu'il soit ce qu'il veut. C'est un fouillis harmonieux comme j'aime.
    On sent que chaque plante y a été plantée sinon avec la certitude qu'elle s'épanouira, du moins avec espoir. Et un jardin c'est un peu ça, de l'espoir. Je n'apprécie pas les espaces trop trafiqués, trop ordonnés.

    Sur la photo de l'université de Berkeley, il doit s'agir de plants montés en graines (dont plus lourds) parce que le port de la plante est assez droit.

    Je ne pense pas que ce soit très fragile (il ne gèle pas non plus beaucoup dans le Finistère) puisque le jardin botanique de Roscof en possède.

    Ma propre vipérine des Canaries a résisté à toutes les tempêtes de l'année et aux - 8° des quelques jours d'hiver où il a gelé. Je ne l'aurais de toute façon pas protégée (4 mètres !). J'espère effectivement qu'elle a une croissance sur trois ans et qu'elle va disparaître toute seule. Toutes les feuilles du bas commencent d'ailleurs à tomber (et ce n'est pas la sécheresse !).

    Tu as de la chance d'avoir des pivoines, cette année (mais pour la première fois), sur mes 6 pieds j'ai eu quatre fleurs. Tous les autres boutons floraux ont avorté.

    Ah oui : j'aime bien l'allure ton mari aussi...

    RépondreSupprimer
  13. A quelques kilomètres de chez moi, il y a une association humanitaire
    qui s'appelle : « Jardin du monde » que je connais bien pour avoir  travaillé avec elle quand je m'occupais du ciné-club local. Chaque année je diffusais un film
    dont le montant des entrées lui était intégralement remis.

    Jean-Pierre Nicolas son président, est un type extra, un puits de connaissances autant humaines
    que botaniques qui organisait il y a encore peu de temps, des balades médicinales dans la campagne proche d'ici.

    C'est évidemment le titre de ton billet qui m'y a fait penser...

    Bises sous la pluie et dans la brume

    RépondreSupprimer
  14. Moi qui pensait que les bonsaïs étaient forcément tout petit....

    RépondreSupprimer
  15. Merci pour ce très bel article
    J ignorais que tu avais cet autre blog passionnant j'avoue
    A bientôt
    Bises

    RépondreSupprimer
  16. Un joli aperçu de votre jardin, cabinet de curiosité lui-même pour reprendre le terme que tu emploies de façon si appropriée pour le blog de Mine de rien.
    Une si belle façon de raconter les plantes. Coup de coeur pour la photo de "Lucy Bertram" , en retiendrai-je le nom lorsque je la croiserai??? Il me faudra penser à ma lecture des commentaires et à Agatha Christie, "élémentaire mon cher Watson".

    RépondreSupprimer
  17. Magnifiques photos, il ne manque plus que les odeurs, mais je les ai imaginées

    RépondreSupprimer