dimanche, décembre 02, 2007

Giverny (27) : Soleil (Helianthus)

Giverny, le village, le 26.08.07 à 12H40

A la mort de Claude Monet, le jardin fut passé au bull et les rhizomes d'Helianthus, ces fameux soleils qui en étaient le plus bel ornement, furent éclatés et disséminés partout.
Aujourd'hui, ces aimables fleurs sont considérées comme de vraies pestes en ce jardin.
Les hélianthus, comme les topinambours, les menthes et les bambous sont généreux. Mais trop de générosité pèse. La parcimonie et la rareté donnent plus de prix à la présence.

Ce matin, je ne déteste pas la pluie et le vent de tempête. Ils me rendent plus doux le souvenir du soleil...

After Claude Monet’s death, a bulldozer was passed through his garden and the rhizomes of Helianthus, these famous sunflowers which were its most famous ornament, multiplied and scattered everywhere. Today, these pleasant flowers are regarded as true pests in this garden. Helianthus, like Jerusalem artichokes, mints and bamboos are generous. But too much generosity weighs. Parsimony and scarcity give more price to the presence.

I don’t dislike this autumn’s rain and cold, they make more pleasant the sun to me...

5 commentaires:

Chamamy a dit…

Des petits soleils à l'assaut du sens interdit...la révolution est proche!

Nathalie a dit…

Moi aussi Cergie j'adore la tempête, celle qui vous emporte dans sa force première. Elle vient rarement jusqu'à Avignon, ou alors sous forme de mistral, ce qui n'a absolument rien à voir. La vraie tempête, elle, doit charrier dans un vent de sud-ouest humide et doux des nuages épais qui foncent sur tout obstacle comme le taureau furieux.

Le jardin de Monet, bulldozé à sa mort ? Cet engin existait donc déjà ?

J'espère que tu reprendras tes photos de fleurs, tu en fais de si belles toi aussi. Quelle mélancolie se cache sous ces mots "c'est un plaisir que je ne m'octroie plus guère" ?

Un coup de spleen petite Marguerite?

Marguerite a dit…

Chamamy, ces couleurs me semblent surréalistes. Tu ne crois pas si bien dire, la révolution (et ses bonnes résolutions) est en marche !
Libérons les fleurs opprimées!

Nathalie, je ne peux garantir le bulldozer, mais au fond j'ai droit à la licence poétique, non ?
;o)
J'avoue avoir beaucoup moins d'enthousiasme. Je me traîne des semelles de plomb. Merci à toi d'être passée m'encourager...

hpy a dit…

C'est ne jamais facile de retirer ce qu'on a semé.

Marguerite a dit…

Ce que tu dis peut être interprété de deux façons. Tu es digne d'être une gourou et de rallier les masses derrièretoi...
Vraiment...