mardi, septembre 18, 2007

Le roux et le vert olive


Chamamy a aussi un chat roux qui a l’air bien tranquille. Mais il ne faut pas s’y fier. Regardez son sourire carnassier. Il me fait vraiment penser à la Bête.
De plus, il parait qu’il revient toujours de ses virées avec des tas de bobos. Et quand on a le malheur de trop le caresser, ensuite, il a son quart d’heure colonial. Gare ! Il est capable d'égratigner et de faire très, très, très mal...


Chamamy a surtout un merveilleux jardin avec des oliviers qu’elle taille ou plutôt fait tailler par son Papicha de mari. En ce moment, c’est la mode de planter des oliviers à Paris dans les jardins. Et également des palmiers. Mais c’est une hérésie. Les oliviers et les palmiers doivent être réservés au sud de la France.
Dans le sud, Chamamy et Papicha récoltent leurs olives et les mènent au pressoir pour en faire de l’huile.

Pour conclure, le vert olive, ça va très bien aux roux...

9 commentaires:

  1. Tu as raison, les oliviers on doit les retrouver dans le sud, pas seulement en France, mais aussi p.e. dans nons pays voisins. On peut peut-être accepter une exception pour Evry?

    RépondreSupprimer
  2. Toi aussi, tu as raison, Peter, ce message d'ailleurs tombe très bien pour les "un an" du blog de notre Olivier d'Evry.

    Il y a un Olivier à Cergy aussi.

    RépondreSupprimer
  3. Et le réchauffement climatique, Cergie ? Sans parler de projection à long terme, la simple différence de température en ville et à la campagne fait que les oliviers s'acclimatent bien mieux aujourd'hui dans les cités du "nord". Simplement, il faut un sol bien drainé. Pour les palmiers, c'est pareil, le climat change, au moins localement dans les micro-climats générés par les grandes agglomérations. Des plantes qui n'auraient pas eu leur chance autrefois se mettent à y pousser. Je ne vois pas où est l'hérésie, au contraire, la nature s'adapte, et les espèces profitent de toutes les occasions pour gagner du terrain, au besoin en profitant du coup de pouce de l'homme.

    Et il y a aussi les flancs sud de la vallée de la Dordogne, sans parler de la rue d'à coté de ma maison de Limoges qui s'appelle "rue des palmiers" depuis le début du siècle - et qui en a conservé quelques uns. (elle longe en fait de très anciens terrains horticoles).

    RépondreSupprimer
  4. Bien sûr tu as raison, Maxime, les micro climats ont toujours existé, sans parler des sous espèces plus résistantes que d’autres. De palmiers notamment. Il y a des bananiers dans une vallée au pied du Vercors. La Dordogne, c’est pas trop au nord, non plus. On y fait pousser de très bons melons. A Cergy aussi on fait pousser des melons, mais j’en ai jamais mangé à part l’année de la canicule qui aie un goût de miel. D’ailleurs, je préfère les melons de Charente ou de Cavaillon. Mais voilà, on veut toujours ce qu’on n’a pas, comme tu dis au prix d’un sol bien drainé. Alors il faut faire des travaux.

    Mon beau frère dans le Var bave d’admiration devant les marronniers que je trouve affreux car on en est saturés. Et moi je bave devant les micocouliers qui le laissent indifférent. En bord de mer un tel voudra des roses et un gazon. Les roses poussent si bien par chez nous, il n’y a qu’à voir les églantiers. Et moi je rêve de genêts et mon voisin portugais ça le fait rigoler. A Berlin, les plantes d’orangeries rentrées à grand coup de sueur du front, ce sont des... lauriers sauce ! On n’aime que ce qu’on n’a pas, ce qui est chez le voisin, nul n’est prophète dans son pays.

    En fait on peut toujours prouver tout et son contraire. Mais moi, je suis pour la diversité et les espèces endémiques. Et le moindre coût et le moindre mal...

    RépondreSupprimer
  5. J'ai réfléchi : laissons la nature faire. Il parait que ds 70 ans il n'y aura plus de noisettier en France sinon en Bretagne pour cause de réchauffement. Que ds des millénaires Paris sera enfouie sous les sables. Je veux bien le croire. Mais n'anticipons pas. Comprenons et respectons la nature pour le moment.
    J'ai encore vu cet après midi d'affreux oliviers en pots...

    RépondreSupprimer
  6. Le Roux a de nouvelles blessures et les olives se gonflent après les pluies soutenues de samedi,tu sais celle qui coupent les téléphons qui ne sonnent plus...
    Papicha a fait 10 bocaux de "picholines" :))

    RépondreSupprimer
  7. Nos voisins avaient un roux il y a de nombreuses années. Une nuit je me suis trouvé avec quelque chose de lour sur les pieds. Surprise. C'était le roux qui s'était enfermé dans la maison. (Il a du être pris par un renard après, car le svoisins n'ont plus de chat.)

    RépondreSupprimer
  8. Le Jardin de Vérone23 janvier 2008 à 18:23

    On ne dérrange pas un chat qui dort !!!
    Il est si beau ce petit Roux !!!
    Vérone

    RépondreSupprimer
  9. Le Jardin de Vérone, bonjour !
    Le Roux est très, très, roux naturellement et très très mignon... Quand il dort.

    RépondreSupprimer