mardi, mai 02, 2006

Le camélia


Ce camélia qui était si beau quand je l'ai photographié avant-hier matin est maintenant piteux: la pluie est passée par là. Je suis contente d'avoir fixé sa gloire éphèmère. Cet hiver, je pourrai dérouler mon blog de souvenirs.
My camelia's flowers were so wonderful two days ago. The more's the pity, it was raining and you can imagine what happened. This photo will remember me that beauty.

5 commentaires:

chamamy a dit…

...et il y avait du ciel bleu!
C'était le printemps!!! Je suis jalouse je n'ai pas de camélia...ni de ciel bleu aujourd'hui :-(

Marguerite a dit…

Chamamy, pardonne moi d'avoir tardé à répondre, je suis un peu "à la ramasse"; c'est lucie marguerite qui parle, car cergie ne l'avouera jamais.
L'intérêt du blog c'est qu'il se fait au jour le jour. Tu verrais mon pauvre camélia aujourd'hui ! Mais d'autres fleurs prennent le relai.

chamamy a dit…

Tu t'y retrouves avec toute ces identités?Combien déjà...?d'avouées!!!

Tim Rice a dit…

It is a shame that rain sometimes spoils blossoms. But we wouldn't have blossoms without rain either. So I guess we need to count it a blessing.

Marguerite a dit…

Chamamy, ces diverses identités correspondent à mes differentes facettes. On ne peut être tout d'une pièce, tu le sais. Je t'écrirai quand je serai un peu moins tournesol (je suis comme le professeur Tournesol de Tintin en ce moment).

Tim, you are right, and I do love rain too. Everything has a bad and a good angle. (So the geese !) And I'm happy not to live in a desert because I need green colors. I think there's a time for camelias and a time for roses and it's not the same time.