mardi, mars 14, 2006

Le bambou là

Précisions du 19-03: d'après "Lemonde des graminées", le livre de Michel Viard, ce serait un bambou doré (Phyllostachys aurea" "dont les chaumes servent à fabriquer les cannes à pêche".Et nos éclats de bambous ont été adoptés par Michel qui a un immense jatdin.
Pour les asiatiques, le bambou planté devant la maison, à droite en entrant, porte bonheur. C'est une amie vietnamienne qui me l'a dit. Mais quand le bambou se plaît, ce qui peut demander quelques temps, il est un envahisseur sournois. Par un système très puissant de rhisomes, il se propage inexorablement. Quoique le système racinaire soit superficiel, il finit en un entrelac qui vaut toutes les dalles de béton. Dur pour les autres plantes ou pour le travail de la terre. Une seule solution, retrousser ses manches et à la sueur de son front, éliminer. On profite de l'occasion pour faire des heureux. Malheureusement, la liste des bénéficiaires potentiels n'est pas infinie.
Le bambou là, en 18 ans, a fait des petits chez Marylène, Francine, Jay, Geneviève, Rasy, de nouveau chez Marylène qui a déménagé entre temps. Cette année, peut être Michel et Nadège?

2 commentaires:

  1. Nous aussi on a un bambou là qui vient du jardin d'Epinal et qui lui aussi est planté " devant la maison, à droite en entrant, porte bonheur". Peut être une origine vietnammienne nous a soufflé cet emplacement bénéfique?

    RépondreSupprimer
  2. En ce moment, j'en bave avec ce bambou, je dis que c'est une de mes plaies d'Egypte. Je vais d'ailleurs passer un message dessus.

    RépondreSupprimer