mercredi, août 06, 2008

Les insectes butineurs


Vulcain sur buddléia (arbre à papillon)
J'ai déjà publié une photo de vulcain vu de dessus sur CERGIPONTIN

This flower bush is nicknamed "butterfly tree". The butterfly's name is Vulcain such as the Roman god of the fire



La grosse abeille charpentière (sur phlox) est cette année une habituée de notre jardin. C'est la première fois que j'en vois une et que j'entends ce sourd vrombissement...

This big insect is a carpenter bee

10 commentaires:

  1. Je comprends pourquoi il y a eu un orage, cette nuit sur Paris : c'est un papillon qui a battu des ailes à Cergy.
    Le papillon s'est habillé pour sortir, l'abeille a mis sa salopette de travail.

    RépondreSupprimer
  2. Je voie qu’Alain est un adepte de la théorie du chaos.
    --
    À cause du clou, le fer fut perdu
    À cause du fer, le cheval fut perdu.
    À cause du cheval, le cavalier fut perdu.
    À cause du cavalier, la bataille fut perdue.
    À cause de la bataille, la guerre fut perdue.
    À cause de la guerre, la liberté fut perdue.

    Tout cela pour un simple clou.
    --
    Sinon que dire, les papillons se font rare autour de chez moi, les abeilles à préserver absolument.
    Bise et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  3. S'il fallait que je choisisse entre le papillon et l'abeille, je choisis le papillon. les abeilles, guêpes et autres bourdons me font peur. Mon Chéri s'est fait piquer, l'autre jour, par une toute petite guêpe, il a une un oedème grand comme la main pendant plusieurs jours. Lui qui se moquait de moi, je crois que maintenant il a peur aussi.

    RépondreSupprimer
  4. Alain et Daniel : je n'ai pas osé parler de cette histoire de battement d'aile bien que j'y ai fortement pensé. Ce papillon a été photographié dans une jardinerie à Escautpont, du coté de Valencienne et ce jour là nous sommes passés pour revenir entre Lille et Cergy par la ville d'Haumont (59) sinistrée par la tornade de la nuit du dimanche 03.08 à lundi 04.08.
    Cette année, je remarque plus les papillons que l'année dernière, peut-être suis je plus dans le jardin ?
    Ton poème me plait, Daniel, je ne le connaissais pas ! Cette escalade croissante est du même ordre que la décroissante du conte "tout ce que le vieux fait est bien fait" d'Andersen

    Claude, une piqure d'abeille ou de guêpe peut avoir des effets désastreux. Celle ci, malgré sa grande taille, n'est pas aggressive. Les abeilles sont utiles, sans elles pas de vie possible ; elles favorisent la fécondation des fleurs en butinant de l'une à l'autre

    RépondreSupprimer
  5. La nature est belle - et cruelle.

    RépondreSupprimer
  6. "L'essaim se gonfle et s'abandonne
    A la caresse du printemps
    Et, dans la ruche, tourbillonnent,
    Prêtes à prendre leur élan,

    Bzz, bzz, bzz,
    Bzz, bzz, bzz... les abeilles !

    Se posant par cent et par mille
    Sur les fleurs qui s'ouvrent à peine,
    Elles butinent leur pistil
    Pour en extraire le pollen,

    Bzz, bzz, bzz,
    Bzz, bzz, bzz... les abeilles !

    Ces gentilles petites bestioles
    Fabriquent d'abord de la cire.
    Elles y font des alvéoles,
    Doux petits nids pour bien dormir,

    Bzz, bzz, bzz,
    Bzz, bzz, bzz... les abeilles !

    Mais gare à celui qui s'égare
    Au milieu d'elles, par hasard.
    Il aura beau s'enfuir dare-dare,
    Il sera piqué par le dard.

    Bzz, bzz, bzz,
    Bzz, bzz, bzz... les abeilles !

    Quand vient le grand jour de la ponte,
    La reine doit faire de son corps don
    Et dans l'azur elle monte, monte,
    Poursuivie par tous les bourdons.

    Bzz, bzz, bzz,
    Bzz, bzz, bzz, ça va être sa fête !

    C'est celui qui la rattrapera
    Qui sera le bourdon papa,
    Mais, tout de suite après, il mourra
    Pour avoir donné tout ce qu'il a.

    Bzz, bzz, bzz,
    Bzz, bzz, bzz, vaches d'abeilles !

    Si tous les hommes ici-bas
    Devaient mourir à ce moment-là,
    J'en connais plus d'un, croyez-moi,
    Qui y regardrait à deux fois.

    Bzz, bzz, bzz,
    Bzz, bzz, bzz, à d'autres !

    Heureusement que c'est pas demain la veille
    Que les femmes deviendront abeilles.
    Dans ce cas, je dors sur mes deux oreilles
    Et je dis miel aux petites abeilles.

    Pensez bien, moi quand j'suis avec ma fiancée,
    J'me fiche pas mal des abeilles...
    Les abeilles... J'me demande un peu...
    Enfin, allez, à la ruche... A la ruche..."
    Bourvil

    RépondreSupprimer
  7. je me suis également fais piquer mais je pense plus par un bourdon pourtant avec les fleurs il y a de quoi faire !!!

    RépondreSupprimer
  8. Hpy, il faut le savoir, l'admettre et cependant croire en elle

    Miss Yves, la preuve de l'existence d'une intelligence suprême ?

    Olivier, j'aime et cette chanson et Bourvil que mon père m'a fait connaitre.
    Tu n'as rien en magasin sur les papillons ?
    ;o)

    Caro, il a donc certainement dû être surpris par toi et avoir peur. Et tu ne l'avais sans doute pas vu : on ne peut avoir les yeux partout.

    RépondreSupprimer
  9. surtout que je dormais oui aussi peur l'un que l'autre !!!!

    RépondreSupprimer