mardi, janvier 29, 2008

La primevère des jardins (Primula)

Le 26.01.08 à 15H15

Les fleurs n’ont pas de mémoire bien sûr et sont sans doute plus heureuses ainsi. Elles sont cependant en charge de la mémoire de ceux qui les aiment, ou les ont aimées.
Le lilas du mois de mai, fleur préférée de mon père... Il y a toujours un lilas dans les jardins abandonnés, ou sur les bords de talus à proximité des villages.
La pivoine à la robe de pourpre, fleur préférée de ma mère... J’en cueillais pour elle des boutons à peine entrouverts auxquels je mêlais des tiges de lupin.
La pensée du court de mon enfance à Epinal, dont l’odeur s’est rappelée à moi à Linden, sur les bords du lac de Constance...

Et la primevère des jardins... Celle qui, toute simple, décline une palette allant du blanc au jaune, en passant par les roses et les violines. Celle que nous appelions "coucou". Qui au printemps gansait le long des bordures en grés rose les allées du "jardin de Marguerite" des Vosges. Dont l'on peut des fleurs orner une salade, ou des jeunes feuilles faire des beignets.

Le 27.01.08 à 15H10

Tout l’hiver précédent ma découverte d’internet, de la photo et du monde des blogs, j’ai préparé un petit coin de potager. Pour cela j’ai supprimé la pelouse, me suis fait aider du gel pour casser les mottes. Ai offert des taupins au rouge-gorge fidèle. Ai obtenu que Patrick dessouche le cerisier et me fasse des bordures dites de "planches pourries".
C’était il y a deux ans. Cette année, les coucous, qui sont des bisannuelles, ont pris possession des bordures de mon coin de potager un tantinet délaissé.

Je n'ai pas de fleur préférée...



My father liked lilac most of all flower and my mother liked peony.
I like primula which makes me remember my grandmother’s garden. They are simple to rear, and may be use as flower salad or leaf doughnut.
(I like, actually, any flower else too...)


11 commentaires:

  1. moi si, d'abord j'adore les marguerites, mais au dessus de tout je crois que rien ne m'attendrit comme des myosotis leur nom est une musique (même en anglais: forget me not)
    continue à "cultiver ton jardin" pour notre plaisir.
    kenavo

    RépondreSupprimer
  2. C'est du bonheur popur lmoi que de voir les fleurs printanières nous offrir toutes leurs couleurs et égayer nos coeurs. De toute celles qui commence à sortir de terre, j'ai mes préféres : Joncquilles, jacinthes et muguet. Malheursement je n'ai pas de lilas. Cette année je n'aurai pas de mimosa, il n'a pas aimer qu'on le laisse seul cet automne.

    RépondreSupprimer
  3. Ma préférée est bien sur la Marguerite !

    RépondreSupprimer
  4. Pour la marguerite, je l'aime bien quand il y en avait avec des coquelicots et bleuets dans les champs de blé.

    RépondreSupprimer
  5. my father liked the lilac flower most of all, my mother liked the red rose, my father's mother loved the dicentra--the bleeding hearts, I tried to remember everyone's particular favorite and put them in my gardens.

    RépondreSupprimer
  6. but i forgot to say some primulas just showed up in my garden--every year in the same spot.

    RépondreSupprimer
  7. Un BLOG, c’est comme un jardin, il faut le cultiver, l’entretenir, sinon rien ne pousse. ---mdr----
    Contrairement à Marguerite, je suis un très mauvais jardinier, je préfère le grand air !!!!!!!!
    Ma fleur préférée? ... Sans doute une fleur sauvage dénichée au creux d’un chemin, elle change avec les saisons.

    RépondreSupprimer
  8. Je suis comme toi, je n'ai pas de préférence, elles sont toutes belles dans leur genre.Mon jardin est plein de perce neige en ce moment.

    RépondreSupprimer
  9. Hier j'ai découvert les 1eres primevères et je les ai montrées à Nolwenn...

    RépondreSupprimer
  10. Les fleurs de monjardin sont des souvenirs de ceux qui me les ont offertes, des lieux d'où elles viennent. Le jour où je partirai je voudrais pouvoir toutes les prendre avec moi.

    RépondreSupprimer
  11. Marguerite-Marie, bien sûr, les marguerites elles sont résistantes à la soif. Pas des fleurettes. Les myosotis aussi. J'aime comme il se relèvent dans une assiette et aussi la chanson de Brassens :
    "C'était l'oncle Martin, c'était l'oncle Gaston
    L'un aimait les Tommies, l'autre aimait les Teutons
    Chacun, pour ses amis, tous les deux ils sont morts
    Moi, qui n'aimais personne, eh bien ! je vis encor...

    ...O vous, qui prenez aujourd'hui la clé des cieux
    Vous, les heureux coquins qui, ce soir, verrez Dieu
    Quand vous rencontrerez mes deux oncles, là-bas
    Offrez-leur de ma part ces "Ne m'oubliez pas"

    Ces deux myosotis fleuris dans mon jardin
    Un p'tit forget me not pour mon oncle Martin
    Un p'tit vergiss mein nicht pour mon oncle Gaston
    Pauvre ami des Tommies, pauvre ami des Teutons..."

    J'essaierai de photographier du myosotis pour toi, mais c'est très difficile...

    Claude, j'ai de tels souvenirs avec le lilas que je n'imagine pas ne pas en avoir. Mais tu as aussi de tels souvenirs je présume avec le mimosa. Il te faudra en replanter un.

    Peter, tu es un enjôleur. Et le delphinium alors ?
    ;o)

    Claude, sur mon petit napperon sous le 4/4, as tu vu qu'il y a des fleurs des champs, du blé et du raisin ?
    Mais pas de bleuet.
    On les trouve de nouveau mais rarement ensemble.

    Chedwick, dicentra's French name is "coeur de Marie" a beautiful and light flower growing in the shadow. I MUST put some in my garden

    Daniel, les fleurs de jardin étaient d'abord dans la nature : les violettes, les soucis, les pensées, les géraniums sauvages. J'aime beaucoup ramener des graines. Des Pyrénées j'ai ramené des graines d'oeillet du poète. Lorsque je suis dans la nature, c'est un enchantement pour moi aussi.

    Lyliane, les perce neige sont aussi un souvenir pour moi car justement j'allais cueillir au jardin... dans la neige. Hélas je n'en ai pas à Cergy. Il me faudra en mettre. D'autant que mon père lm'avait offert un tout petit vase en cristal pour les mettre

    Magali, voir et partager ensuite, c'est agréable

    Hpy, c'est ce que je fais. Mais je n'ai pas pu emmener tout de chez ma grand'mère pourtant. Elle avait des tas de rosiers anciens, des asters différents. Mes primevères ce sont les siennes.

    RépondreSupprimer